Le rétablissement du jour de carence dans le secteur public n’est qu’une étape

Le rétablissement du jour de carence dans le secteur public n’est qu’une étape

Le conseil des ministres se tient tous les mercredis. Une occasion pour le gouvernement d’Emmanuel Macron d’évaluer les politiques qui ont été mises en œuvre. Ces derniers temps, c’est l’absentéisme dans le secteur public qui est visé. En effet, les différentes enquêtes ont pu prouver qu’il était bien plus sensible dans le secteur public que dans le secteur privé. D’ailleurs, il faut dire que dans le secteur privé, les salariés sont aujourd’hui soumis à 3 jours de carences avant que la sécurité sociale ne commence à verser des indemnités.

Des chiffres très alarmants

Après les études qui ont été réalisées sans le secteur public, la Fondation IFRAP, après la collecte de bilans sociaux des employeurs, nous avons des chiffres qui tournent autour de 24,5 jours par an et par agent au niveau des communes. Pour les agents de département, ce chiffre s’évalue à environ 19 jours d’absence par agent et par an. Ce chiffre monte facilement à 27.7 jours d’absence par an et par agent au niveau des conseils régionaux. Pour faire face au problème, un jour de carence avait été mis en place en 2012 par « souci d’équité ». D’ailleurs, il est carrément inutile de rappeler que dans un courrier daté de février 2013, le président de la Fédération hospitalière de France avait indiqué que l’introduction du jour de carence avait pu découler sur des économies allant jusqu’à 9 millions d’euros.

Jusqu’à 270 millions d’économies

Avec ces nouvelles mesures de lutte contre le micro-absentéisme, le gouvernement espère réaliser des économies allant jusqu’à 270 millions d’euros. En effet, environ 100 millions d’euros d’économies sont envisagés rien que pour la Fonction publique. Selon le gouvernement, ceci est un premier pas dans le but de faire baisser les frais liés à l’absentéisme dans les dans le secteur public. D’ailleurs, le gouvernement avait déjà tenté d’introduire en 2016 plusieurs dispositifs dont le but était de renforcer le
www.controle-medical.com des arrêts de travail des agents. Ceux-ci prévoyaient le fait que les employeurs publics puissent prendre des dispositifs allant dans le sens de faire appel aux médecins agréés aussi bien par l’administration que par que les médecins-conseil de l’assurance maladie. Il faut surtout rappeler qu’en matière d’assurance maladie, les employeurs publics sont leurs propres assureurs. Ce qui veut dire que les feuilles d’arrêt maladie doivent obligatoirement être envoyées à la CPAM, un peu comme avec les salariés du privé.

Le rétablissement du jour de carence dans le secteur public n’est qu’une étape

Share this post